Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non tenue des élections à bonne date

 

Oba Chabi Denis: le député exégète méconnait les dispositions constitutionnelles du Bénin

 

  

Le député de la majorité présidentielle, Oba Chabi Denis est dans le secret des décisions de la Cour constitutionnelle et propose des voies de sortie de crise juridique en cas de la non tenue des élections à bonne date en mars 2011. Dans un entretien qu’il a accordé hier matin à Fraternité Fm à Parakou, il a non seulement évoqué les difficultés entourant le vote du budget de l’Etat exercice 2011 mais aussi partagé avec les auditeurs, l’avis défavorable de la Cour sur les dernières lois électorales votées à l’Assemblée nationale.

 

Mais erreur. La Cour constitutionnelle n’a pas fini de statuer sur les recours visant les dernières lois électorales votées à l’Assemblée nationale. Le député proche du pouvoir devait porter des gants avant de lancer ce genre de déclaration dans l’opinion publique. Car, en procédant comme il l’a fait, il en rajoute à la suspicion des opposants qui, à tort ou à raison, pensent que la Cour constitutionnelle est à la solde des mouvanciers. Et, ce n’est pas le plus grave. Le député élu dans la 10ème circonscription électorale propose, compte tenu des difficultés à doter le Bénin, dans le délai imparti, d’une loi devant régir les prochaines élections que le mandat du président Boni Yayi soit prorogé. Est-ce un objectif caché des députés du camp présidentiel ou celui de l’honorable Oba Chabi Denis ? Difficile de le savoir. Mais ce qui est évident, l’honorable Oba Chabi Denis pense que si les élections ne se tiennent pas à bonne date, l’actuel locataire de la Marina peut se voir proroger son mandat à la tête de l’Etat à l’instar d’autres pays africains,. La bombe est lancée. Que se passera-t-il en cas d’un vide juridique ? La bataille entre les différentes chapelles politico-juridiques s’annonce d’ores et déjà passionnante.

 

"Il est possible que le mandat du président Yayi soit prorogé… "

L’honorable Fcbe, Dénis Oba Chabi sur Fraternité Fm :

 

Que se passe-t-il à l’Assemblée nationale quant à l’étude du budget exercice 2011 ?

 

Il y a maldonne dans la transmission du document et le gouvernement, à l’étape actuelle est en train de corriger. Au fait, l’étude du budget général de l’Etat au niveau de l’Assemblée, ça couvre trois à quatre semaines d’habitude. Cela veut dire que nous avons encore du temps. Mais, la session budgétaire est ouverte depuis plus d’un mois et chaque député à l’Assemblée nationale a les documents nécessaires pour qu’à son niveau, l’étude commence. Le seul problème en réalité, c’est le budget de l’Assemblée nationale elle-même.

 

Le véritable problème, c’est que les ministres du gouvernement, au nombre de trente doivent défiler devant la commission des finances pour défendre leur budget ; donc ça peut prendre des jours.

 

A mon avis, il n’est pas impossible de recevoir tout le gouvernement en moins d’une semaine et ce ne serait pas du travail bâclé. Ça dépendra de la disponibilité des uns et des autres et de la bonne volonté de bien faire, c’est de cela qu’il s’agit.

 

Vous êtes confiant que cela se fera avant la fin de l’année ?

 

Ne vous en faites pas. Cela dépendra de la bonne volonté des uns et des autres. Je viens d’apprendre que la Cour constitutionnelle vient de casser les trois lois électorales en sa possession. Cela veut dire que la balle est carrément ramenée à terre. Il faut que les institutions comme le gouvernement et l’Assemblée nationale revoient leur copie pour relancer rapidement le débat dans l’intérêt de tout le peuple béninois.

 

Cela veut dire que nous sommes dans l’impasse totale. qu’est-ce qui va se passer concrètement maintenant, puisque la Céna n’est même pas installée à trois mois de deux élections majeures pour notre pays ?

 

Vous savez, les Béninois aiment se compliquer l’existence. Il y a plusieurs possibilités qui s’offrent en de pareilles circonstances. Pourquoi ne voyez-vous pas la prorogation ? La Constitution du Bénin, c’est des Béninois qui l’on écrite. Si on est à trois mois, qu’on ne peut pas faire le travail en trois mois, pourquoi ne pas proroger le délai, la date des élections ; ce n’est pas impossible, plusieurs pays l’ont fait, il y a la République centrafricaine.

 

Mais là, on est au Bénin. On n’est pas en Centrafrique.

 

Le Bénin n’est pas différent des autres pays.

 

Mais, est-ce que dans la Constitution, la prorogation est prévue ?

 

De toutes les façons, je vous dis que les Béninois aiment se compliquer l’existence. Même si ce n’est pas écrit, c’est parce qu’à l’époque, on n’a pas pensé que de pareilles éventualités pouvaient arriver. Voilà que ça arrive aujourd’hui. Qu’est-ce qu’il faut faire ?

 

Pour vous, c’est qu’on doit proroger le mandat de Boni Yayi

 

Je dis qu’il y a plusieurs possibilités qui s’offrent à nous et c’est l’une des possibilités et l’autre possibilité, c’est que nous pouvons faire pression sur nous mêmes afin que les choses aillent plus vite. Ne vous en faites pas, cher journaliste, le ciel ne tombera pas.

 

Est-ce que la faute n’est pas à vous les politiques ? Pourquoi chacun veut tirer le drap de son côté au lieu de penser au peuple béninois ?

 

Les élections de 2011 sont très importantes pour le peuple béninois et c’est pourquoi, chacun veut prendre des dispositions nécessaires pour que ce soit une élection réussie, que ce ne soit pas bâclée, que ce soit les opposants ou la mouvance, que chacun mette la main à la pâte pour faire du bon travail, quel que soit le temps que cela prendra.



15-12-2010, Alassane AROUNA, Angelo DOSSOUMOU S.



 
 
Tag(s) : #Les TCHABE : le dynamisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :