Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Dimanche, 17 Février 2013

 

Perquisition dans les hôtels particuliers de Ninelle et Julienne Sassou Nguesso à Paris : La police trouve huit millions d’euros en espèces

 

Comme nous l'avons fait remarquer le clan SASSOU et le gouvernement sont atteints d'une voracité financière incurable. Chaque jour qui passe apporte son lot de témoignage, de faits et de découverte les unes et les autres traduisant une politique frénétique animée par une course féroce à l'enrichissement illicite.

 Je vous invite à lire cet article de notre partenaire Congo liberty

 

La plainte BMA, que l’on croyait enlisée, concernant le président congolais, Denis Sassou NGuesso, a pris un tournant, semble-t-il, décisif mercredi 13 février dernier. Vers 10h la police judiciaire a perquisitionné le domicile (un hôtel particulier à Neuilly) d’une des filles de Sassou NGuesso, Julienne dite Juju, épouse du Franco-Togolais Guy Johnson. Huit millions d’euros en espèces y auraient été trouvés entre autres éléments précieux. Cette mission accomplie, elle s’est rendue aussitôt après, à Paris dans le XVIème arrondissement, chez une autre fille du président congolais, Ninelle, épouse d’Hugues Ngouélendélé, Maire de Brazzaville. Ces perquisitions ont été tenues strictement secrètes contrairement à celle qui a été opérée à Nice, le même jour chez le défunt Omar Bongo. Dans les jours précédents d’autres perquisitions se sont déroulées également chez des intermédiaires, notamment transitaires, proches de la famille du président et du pouvoir congolais. Des saisies importantes y ont été réalisées.

 

L’enquête semble "maintenant se concentrer fermement sur la piste congolaise semant ainsi un vent de panique chez tous les rejetons et les proches de Sassou NGuesso. Il est question de déménagements précipités vers Dubaï, Singapour et Rio de Janeiro. Mais contrairement à Obiang et à Bongo, Sassou a été ménagé sur le plan médiatique. Les journalistes ont été tenus scrupuleusement à l’égard de ces dernières opérations. Il est vrai que le dictateur congolais a toujours eu des réactions assez imprévisibles jusqu’à présent (« catastrophes aériennes », la libération de la Santé du Général Denguet, le récent soutien apporté à Kadhafi etc…)

 

Changement de cap, changement de rythme, renfort des équipes ou protections retirées on ne saurait avec certitude avancer la raison de cette surprenante évolution.

 

Tout cela tombe bien mal pour le petit clan mafieux qui dirige la République du Congo. Le président congolais s’était constitué à l’instar de ses homologues déchus, Ben Ali et Kadhafi, une colossale cagnotte en diverses devises. Une réserve personnelle et nullement intégrée aux comptes de l’Etat. Elle avait été confiée à un parent, le Colonel Daniel Chenzel, qui assure actuellement l’intérim à la tête de la Direction générale de la sécurité présidentielle. Il y a deux semaines, l’énorme magot présidentiel se serait envolé, dérobé, volé. Mais là nous sommes très loin des 200 millions de FCFA de « l’affaire Moungala » ou des 600 millions du ministre Djombo. Il est question de 240 milliards de Francs CFA, environ 500 millions de dollars ! Oui, ce que vous lisez n’est pas une affabulation ou la reprise d’une folle rumeur d’un marché de Poto Poto, l’information a été vérifiée auprès des sources les mieux informées et les plus sûres. La disparition de cette fortune colossale en billets de banque, euros, dollars etc, est la raison pour laquelle depuis deux semaines la capitale congolaise est l’objet de contrôles de police systématiques de jour comme de nuit !

 

Comment s’étonner d’un pareil montant ? La ressource pétrolière qui rapporterait normalement au pays chaque mois de 800 à 1 milliard de dollars est négociée dans l’opacité la plus totale. Ce « petit » magot ne constituerait qu’une petite partie de ce qui est volé chaque année à notre pays. Comment s’étonner aussi, que tout cet argent ait été stocké dans une simple villa à peine protégée, les armes et les munitions qui avaient explosé le 4 mars 2012 ne bénéficiaient pas de mesures de sécurité adéquats elles non plus !

 

Ce pouvoir est fou, totalement fou et irresponsable !

 

Par Olivier Mouébara

 

Diffusé le 17 février 2013, par www.congo-liberty.com

 

 
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0