Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour trafic de drogue et blanchissement d’argent: LES GROUPES ELLISSA ET YAMEN CHASSES DU BENIN

 

 

19 jan, 2012 | Par  

  

 

 

Sous le coup d’un mandat d’arrêt international aux Etats Unis et au Togo, Ellissa Group et Yamen appartenant au libanais Ali Kharoubi Mohammed viennent d’être déclarés indésirables au Bénin. Ils ont été expulsés du pays mercredi par les autorités béninoises.

Il est reproché aux responsables de ces sociétés des activités  liées au trafic de drogue et de stupéfiants, blanchiment d’argent soit plus de 483 millions de dollars, et autres activités subversives, via les véhicules d’occasion, entre les Etats-Unis et l’Afrique,  pour financer le Hezbollah libanais, parti qui figure, aux Etats-Unis, sur la liste des groupements terroristes.

 

Cette décision intervient quelques jours après la plainte déposée par les autorités américaines contre des établissements financiers libanais accusés d’avoir aidé au blanchiment de 483 millions de dollars pour le mouvement terroriste Hezbollah, via les Etats-Unis et l’Afrique, en lien avec un trafic de drogue.

 

La plainte déposée par le procureur du Tribunal Sud de New York vise la Lebanese Canadian Bank, Ellisa Holding Company, Hassan Ayash Exchange Company, Cybamar Swiss GMBH, Nomeco SARL, Marco SARL et Salhab Travel Agency.

 

L’argent provenant du trafic de drogue était viré depuis le Liban aux Etats-Unis et servait à acheter des voitures d’occasion qui étaient ensuite acheminées en Afrique, principalement à Cotonou  où elles étaient revendues sur des parkings dont l’un appartenait à Ellissa Holding.

 

Une partie importante du cash ainsi récolté était ensuite renvoyée au Liban par un système complexe contrôlé par le Hezbollah qui implique le Togo et le Ghana. Une partie de l’argent allait directement au Hezbollah, selon les autorités judiciaires américaines.

 

Ce trafic aurait duré de début 2007 à début 2011. Quand on sait que Yamen est une entreprise de Btp qui a gagné plusieurs marchés de construction d’infrastructures routières au Bénin, on est en droit de se demander ce qui adviendra de ces chantiers. C’est dire que les autorités béninoises ont pris leur responsabilité dans ce dossier qui empoisonne les relations entre Washington et Cotonou.

 

Comme on le voit, votre journal était clairvoyant en demandant dans sa parution du 9 aout 2011 au chef de l’Etat de renvoyer ce libanais impliqué dans diverses activités illicites du Bénin.

 

Eros NOUWOKPO

 

Source: L'Autre Fraternité

 

 



 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0