Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SANTÉ: Vivre et mourir dans le monde

 

 
 
 
Vivre vieux et en bonne santé – dans certains endroits

 

LONDRES, 17 décembre 2012 (IRIN) - Nous savons tous que nous allons mourir, mais quand et comment, cela dépend en grande partie de qui nous sommes et de la façon dont nous vivons. Nous pensons connaître les principaux risques – peut-être le paludisme ou les maladies liées au SIDA en Afrique, ou bien un accident vasculaire cérébral (AVC), un cancer ou une cardiopathie en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest. Mais en réalité, les schémas de mortalité et de morbidité changent rapidement dans le monde.

C’est ce qui ressort de plus de cinq années de collecte et d’analyse de données, dont les résultats ont abouti à la récente publication d’une étude de 2010 sur la charge mondiale de morbidité (
Global Burden of Disease Study 2010). Dirigée par l’Institut de métrologie sanitaire et d’évaluation (Institute for Health Metrics and Evaluation, IHME) de l’université de Washington, cette étude a été rédigée par 486 auteurs originaires de 50 pays différents.

Peter Piot, le directeur de la London School of Hygiene and Tropical Medicine (École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres) a déclaré que la vitesse de ce changement avait surpris les chercheurs. « Cela va beaucoup plus vite que nous le pensions. Mais il y a aussi une très grande diversité ».

Bonnes et mauvaises nouvelles


L’étude révèle que les gens peuvent espérer vivre plus longtemps et, dans certains cas, extrêmement plus longtemps. Dans l’ensemble, l’espérance de vie dans le monde a augmenté de plus de dix ans depuis 1970. C’est la République des Maldives, île de l’océan Indien, qui affiche l’amélioration la plus spectaculaire : dans les années 1970, les femmes y vivaient jusqu’à 51 ans en moyenne ; aujourd’hui, l’espérance de vie moyenne a augmenté de trente ans.

Mais il y a aussi des déceptions. La principale, a déclaré Chris Murray, le directeur de l’IHME, est que les gains en matière de santé ne sont pas équilibrés.

« Ces transformations rapides dans le domaine de la santé ne se refléteraient par un changement des causes principales de la charge [de morbidité] en Afrique subsaharienne. Nous avons constaté des progrès considérables dans cette région. Les taux de mortalité infantile ont diminué de façon remarquable. Il y a eu des progrès – surtout depuis 2004 – dans la réduction des décès liés au VIH. Il y a eu des améliorations dans la lutte contre le paludisme grâce à l’utilisation à plus grande échelle de moustiquaires et aux thérapies combinées à base d’artémisinine (ACT). Cependant, malgré ces avancées, 65 à 70 pour cent de la charge mondiale de morbidité est toujours liée aux OMD [Objectifs du Millénaire pour le développement] quatre, cinq et six », a-t-il déclaré, faisant référence aux OMD qui visent respectivement à réduire la mortalité infantile, à améliorer la santé maternelle et à combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies d’ici 2015.

« Selon moi, a déclaré M. Piot à IRIN, la clé est la suivante : il vaut mieux ne pas partir du principe que les OMD seront atteints d’ici 2015, que nous pouvons tout arrêter et tourner la page pour passer à autre chose. Ce serait un désastre. Et c’est ce qui est en train de se passer, à mon grand regret ».

Évolution des tendances

Les chercheurs ont constaté une évolution dans les causes de décès traditionnelles. Les principales responsables ne sont plus les maladies infectieuses, mais les
maladies non transmissibles telles que le cancer, l’AVC ou les cardiopathies – souvent appelées les « maladies liées au mode de vie ». Parmi les maladies transmissibles, seuls le SIDA et, dans une moindre mesure, le paludisme ont gagné du terrain depuis 1990, principalement en Afrique subsaharienne.

Aujourd’hui, seulement 25 pour cent des décès dans le monde sont dus à des maladies infectieuses ou à des causes maternelles, néonatales et nutritionnelles. Plus de 65 pour cent des décès sont dus à des conditions non transmissibles et à peine moins de 10 pour cent des décès sont liés à des blessures, la plupart causées par des accidents mortels sur les
routes de plus en plus dangereuses des endroits les plus pauvres de la planète.

Irene Agyepong, de l’École de santé publique de l’université du Ghana, a affirmé que les pays africains sont de plus en plus confrontés au
double fardeau de devoir lutter aussi bien contre les « anciennes » que contre les « nouvelles » maladies.

« Il y a deux ans, nous avons observé les données de la région du Grand Accra [autour de la capitale]… qui est désormais urbaine à environ 90 pour cent. Et nous avons réalisé que l’hypertension était passée en deuxième position dans les causes les plus fréquentes de consultation médicale et était devenue une cause principale de décès, ce qui est très différent du reste du pays », a-t-elle dit. « J’en parlais avec un collègue, lui disant que nous devrions faire des recherches sur les maladies cardiovasculaires dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et il continuait à dire : « Pourquoi devrions-nous faire ça ? Ce n’est pas un problème ».

Conserver les données

La conservation des données est apparue comme l’un des plus grands défis que rencontrent les pays au moment de fixer les objectifs pour combattre les maladies non transmissibles.

D’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), seuls près des deux tiers des pays dans le monde possèdent des systèmes de collecte de données « vitales » qui enregistrent suffisamment de naissances et de décès pour pouvoir réaliser des estimations sur les taux de mortalité et les différentes causes de décès. En mars, l’OMS a remarqué que 74 pays manquaient de données sur les causes de décès, tandis que 81 autres pays disposaient seulement de données de mauvaise qualité.

L’équipe dirigée par l’IHME a affirmé que même si les chercheurs avaient, jusqu’à maintenant, effectué des
études sur la charge mondiale de morbidité de façon occasionnelle, ils espéraient conserver des données actualisées et accessibles gratuitement. Ils proposent également un ensemble d’outils interactifs qui classent les informations selon différentes catégories, précisant notamment la région et la catégorie de population concernée. Ils prévoient d’inclure un filtre par pays l’année prochaine.

eb/pt/rz-fc/amz

Theme (s): Egalité entre les sexes, Santé et nutrition,

[Cet article ne reflète pas nécessairement les vues des Nations Unies]

Tag(s) : #Politique Internationale

Partager cet article

Repost 0