Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sorcellerie africaine : inconvénient ou atout pour le développement des Etats ?



En Afrique subsaharienne, l’héritage ancestral ou parental le plus couramment transmis à la descendance, de génération en génération, est la sorcellerie. Caractérisée par les activités des esprits maléfiques assimilables à de véritables matons, elle a pour objectif d’empêcher la réussite, l’épanouissement d’un membre de la famille, d’un tiers ou d’ôter la vie.

 

Cet art démoniaque est devenu au fil du temps le domaine d’excellence par exemple des personnes bantous du Cameroun, du Congo Brazzaville, de la RD Congo, de la Centrafrique, du Gabon, du Bénin, du Togo...dont les sociétés sont parallèlement les plus attardées en ce qui concerne le développement socio-économique. La propension à faire le mal à autrui est tellement élevée qu’il ressort de certaines études que 2 subsahariens sur 3 rencontrés dans la rue ont hérité, consciemment ou non, de cette méchanceté.


L’enfant dans le ventre parlait déjà


Bien souvent, j’ai pu voir des bestioles de toutes sortes, introduites de manière spirituelle et inexpliquée, sortir des corps humains : Escargots, tortues, chenilles, anguilles, serpentins...Un escargot dans un corps signifiant un ralentissement permanent de l’existence de la victime. Celle-ci sera toujours en retard dans toutes ses activités, avançant à pas d’escargot. Il y a cette grossesse particulière d’une Nigériane dont l’enfant dans le ventre parlait déjà. Ou encore la grossesse d’une maîtresse à qui la femme légitime dira :« on verra là où tu accoucheras ? ». Résultat : La grossesse atteindra 32 mois. Et dernièrement au Niger, une femme a accouché d’un serpent...


Ailleurs, une dame se plaignait d’avoir la tête excessivement chaude du fait qu’elle avait, selon la sensation qu’elle ressentait, une casserole qui était posée sur un feu, et le tout disposé sur sa tête mais invisible à l’œil nu. Effectivement, lorsque j’observais le sommet de sa tête, je me rendais compte que sa peau bouillonnait, pourrais-je dire. Une situation qui ne lui permettait pas d’être régulièrement sur son lieu de travail. Tantôt, la sorcellerie réduit le rendement professionnel de l’Africain à presque néant, tantôt elle l’empêche de travailler.


L’un des poissons recueillis se transforme en femme


Surprenant que cela puisse paraître, c’est sans difficulté qu’on se rend compte que ces transmissions maléfiques ont grandi en ingéniosité au fil du temps, réalisant même des prouesses à la gloire du mal. Pour preuve, le 22 février 2013 à Kinkolé, proche banlieue de Kinshasa, en République démocratique du Congo, à bord de sa pirogue, un pêcheur capture un poisson parmi tant d’autres. A la fin de la journée, au moment de vendre aux commerçantes le fruit de son labeur, l’un des poissons recueillis se transforme en femme en présence de nombreux témoins. Interrogée par la police, la dame, un hameçon à la bouche, fera état d’une histoire de sorcellerie provenant de son oncle et dans laquelle elle ne serait qu’une victime.


Au lieu de mettre sérieusement le cap sur le développement économique et industriel, l’auto-suffisance alimentaire, les politiques efficaces et fiables dans les domaines de la santé, de l’emploi ou de l’éducation, ces sociétés s’embourbent dans le déclin à travers la sorcellerie.


80 000 euros abandonnés dans la chambre d’un ministre


A l’évidence, les méfaits de la sorcellerie n’échappent guère au domaine de la gestion de la chose publique. On entend aisément ça-et-là : « ce n’est pas votre argent que je vole, je vole l’argent de l’État... ». Alors que ces états demeurent dans un sous-développement devenu chronique et dans lequel tout est pratiquement à faire, l’intérêt particulier prime sur l’intérêt collectif, à travers entre autres, les détournements massifs de fonds publics se comptant en milliards. C’est pourquoi, il n’est pas rare de découvrir ce qui relève de l’irrationnel. A l’instar de cette épouse d’un ministre du Congo Brazzaville qui, faisant des emplettes sur les Champs Élysées à Paris, avouera : « on a tellement d’argent qu’on ne sait plus quoi en faire ». Ou encore ces 80 000 euros abandonnés dans la chambre d’un ministre de ce même pays, dans un sac destiné à être jeté à la poubelle.


La mauvaise disposition de cœur étant patente, pas étonnant que le refus des autorités d’encourager la relève générationnelle soit affiché. En effet, arrivés à certains postes de responsabilités, les dirigeants ne daignent faire valoir leurs droits à la retraite, préférant faire leur temps et celui de leurs enfants aux mêmes fonctions. De la sorte, cet égoïsme affirmé ferme ainsi les portes de l’emploi et de la responsabilité à une jeunesse en majorité au chômage, bien qu’étant déjà formée.


Les maladies non décelées par la médecine moderne


Pourtant, le fétichisme et autres rites traditionnels noirs avaient jadis permis aux ancêtres Afros, tels que Chaka dans l’empire zoulou, Mabiala Ma Nganga, dans le royaume Kongo, ou Samory Touré en pays Malinké, d’infliger une forte résistance aux épopées coloniales. Malheureusement, si ces pratiques ancestrales avaient en ces temps-là connu leur heure de gloire et tiré ces peuples agressés vers le haut, celles de l’ère moderne tirent les africains vers le bas. L’individu est prit dans les nacelles non seulement du comportement rétrograde et inexplicable, mais également des problèmes pluriels tels que les maladies non décelées par la médecine moderne, les maladies chroniques, l’instabilité familiale, l’instabilité professionnelle, l’auto-dévalorisation, les troubles divers.


Ainsi, couplée à la pauvreté, la sorcellerie fait tomber en quenouille les aspirations liées au développement et à l’émancipation qui rendent le citoyen improductif. Ceci laisserait donc à penser d’une part que, cette pratique maléfique qui persiste est à compter parmi les causes du retard accumulé par les états et d’autre part que, le Noir est l’ennemi du Noir. D’autant plus que la sagesse nous rappelle avec insistance que : les trésors de la méchanceté ne profitent pas.


Franck CANA

Afrik.com

 
  
 
  
  
Tag(s) : #INEDITS

Partager cet article

Repost 0