Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

UNION AFRICAINE: COMMUNIQUE DE LA 259ème REUNION

DU CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE SUR LA CÔTE D'IVOIRE

 

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

UNIÃO AFRICANA

P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-11) 551 38 22 Fax: (251-11) 551 93 21

Email: situationroom@africa-union.org, oau-ews@ethionet.et

 

  

 

 

CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

259EME REUNION

  

28 JANVIER 2011

  

ADDIS ABEBA, ETHIOPIE

PSC/AHG/COMM(CCLIX)

COMMUNIQUE

PSC/AHG/COMM(CCLIX)

  

 

COMMUNIQUE DE LA 259ème REUNION

DU CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE

  

Le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA), en sa 259ème réunion,

tenue le 28 janvier 2011, au niveau des chefs d’Etat et de Gouvernement, a adopté la

décision qui suit sur la situation en Côte d’Ivoire :

Le Conseil,

1.

 

Prend note

de la communication du Président de la Commission sur la situation en

Côte d’Ivoire. Le Conseil

 

prend également note

des déclarations faites par le Président

Goodluck Jonathan de la République fédérale du Nigéria, en sa qualité de Président en

exercice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le

Président Blaise Compaoré du Burkina Faso, en sa qualité de Facilitateur du Dialogue direct

inter

 

ivoirien, ainsi que par le Président de la Commission de la CEDEAO, Victor Gbeho;

  

2.

Réaffirme

ses décisions antérieures sur la situation en Côte d’Ivoire, en particulier le

communiqué de presse publié à l’issue de sa 251ème réunion tenue le 4 décembre 2010 et le

communiqué de sa 252ème réunion tenue le 9 décembre 2010, ainsi que les communiqués

de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO des 7 et 24 décembre

2010, respectivement, reconnaissant M. Alassane Dramane Ouattara comme Président élu à

l’issue du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010, sur la base des résultats certifiés par le

Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, conformément à la résolution

1765 du 16 juillet 2007 et aux différents Accords signés par les parties ivoiriennes et

entérinés par la CEDEAO, l’UA et les Nations unies ;

  

3.

Se félicite

des initiatives prises par la CEDEAO et la Commission de l’UA, en vue de

trouver une solution pacifique à la crise dans le respect du choix démocratique des Ivoiriens.

En particulier, le Conseil

rend hommage

au Président en exercice de la CEDEAO, aux

Présidents Thomas Yayi Boni du Bénin, Pedro Pires du Cap Vert et Ernest Bai Koroma de

Sierra Leone, ainsi qu’au Premier Ministre Raila Odinga du Kenya et aux anciens Présidents

Thabo Mbeki d’Afrique du Sud et Olusegun Obasanjo du Nigeria, pour leur contribution à la

recherche d’une solution pacifique à la crise en Côte d’Ivoire. Le Conseil

se félicite

également

des efforts déployés par les différents partenaires de l’UA et la communauté

internationale dans son ensemble et

 

souligne

l’importance que revêt la mobilisation d’un

soutien coordonné aux efforts de l’Afrique à laquelle revient la responsabilité première de la

gestion et du règlement de cette crise, conformément à tous les instruments pertinents de

l’UA et de la CEDEAO ;

  

4.

Exprime sa profonde préoccupation

face à la grave crise politique qui prévaut en

Côte d’Ivoire, depuis la proclamation des résultats du second tour de l’élection

présidentielle tenue le 28 novembre 2010. Le Conseil

condamne fermement

les exactions et

autres violations des droits de l’homme, les menaces et actes d’intimidation, ainsi que les

actes d’obstruction de l’action de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), et

 

 

 

 

 

 

 

 

 

déplore

 

les pertes en vies humaines et actes de destruction de biens intervenus dans

certaines parties de la Côte d’Ivoire;

  

5.

 

Réaffirme

la nécessité d’une solution pacifique rapide qui permette de préserver la

démocratie et la paix, à travers le respect de la volonté du peuple ivoirien telle qu’elle a été

exprimée le 28 novembre 2010, et favorise une réconciliation durable entre tous les

Ivoiriens, à travers le dialogue;

  

6.

 

Décide,

à la lumière de ce qui précède, de mettre en place, sous l’autorité de l’Union

africaine, un Groupe de haut niveau pour le règlement de la crise, dans des conditions qui

préservent la démocratie et la paix. Le Conseil

 

décide

que le Groupe, dont la composition

sera finalisée, après consultations appropriées, au cours de la 16ème session ordinaire de la

Conférence de l’Union prévue les 30 et 31 janvier 2011, opérera comme suit :

  

a) le Groupe sera assisté par une équipe d’experts et travaillera, en tant que de

besoin, en étroite coopération avec les partenaires de l’UA, notamment les

Nations unies,

  

b) le Groupe est mandaté pour évaluer la situation et formuler, sur la base des

décisions pertinentes de l’UA et de la CEDEAO, une solution politique

d’ensemble,

  

c) le Groupe conclura son travail dans un délai qui ne dépassera pas un mois, et ses

conclusions, telles qu’elles seront entérinées par le Conseil, seront

contraignantes pour toutes les parties ivoiriennes avec lesquelles elles auront été

négociées ;

  

7.

 

Exige

la levée immédiate du blocus de l’Hôtel du Golf et l’arrêt de tous actes de

violence et exactions contre la population civile, ainsi que les appels ayant pour effet

l’incitation à la haine et à la violence, d’où qu’elles viennent ;

  

8.

 

Souligne

, dans le contexte du règlement de la crise dans son ensemble, l’importance

de la poursuite des efforts requis en vue du parachèvement des aspects pendants du

processus de paix, en particulier la tenue des élections législatives, la réconciliation

nationale, la réunification du pays, le désarmement des ex

 

combattants et le

démantèlement des milices, la réforme du secteur de la sécurité et la restauration de

l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire ;

  

9.

 

Décide

de rester activement saisi de la question.



  
  
Tag(s) : #Politique Africaine

Partager cet article

Repost 0