Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

DSCN0582
23/07/2014
 

BENIN – C.E.S. : L’élection de mon ami Augustin Tabé GBIAN à la tête du Conseil Economique et Social place de facto le Général Robert GBIAN (GGR) comme l’un des favoris aux élections présidentielles de 2016
 

Par Benoît ILLASSA
 

« C’est au son des hymnes nationaux qui donnent des frissons dans le dos que des dynasties et autres trusts se hissent à la tête des arsenaux, et que le gogo se laisse conduire à l’abattoir, un anneau dans les naseaux ». Jacques des Bermudes
 

La dynastie GBIAN est en marche, lentement, mais sûrement. Les GBIAN sont originaires de Ina, ville située à 10 kilomètres de Bembèrèkè, l’un des cinq arrondissements de la Commune de Bembèrèkè. Cette commune est le fief de l’or blanc, béninois, le coton qui est la première richesse du Bénin. Pour les gens de ma génération, c’est dans cette ville (INA) que furent formés naguère tous les « encadreurs » béninois. Une fois diplômés, ils étaient dotés d’une motobécane BBCT pour aller « encadrer » les paysans dans tous les villages du pays.
La Commune de Bembèrèkè a aussi une réalité historique peu connue des béninois. En effet, c’est dans cette Commune, plus précisément dans le village de Bouara (5 Kms de Bembèrèkè), que se trouve la tombe du héros national, le roi Bio GUERRA.
 

LA DYNASTIE DES GBIAN

 
Comme le clan Kennedy aux Etats Unis d’Amériques, les GBIAN sont entrain de devenir une puissante dynastie au Bénin. Brillants, modestes et proches du peuple, c’est par un travail méthodique de terrain et par une diplomatie souterraine que cette famille béninoise du septentrion tisse petit à petit sa toile. Avec des succès impressionnants en une seule génération !!!

Boni YAYI n’a rien vu venir. Le gogo risque de se laisser conduire à l’abattoir, un anneau dans les naseaux. Pour notre bonheur !!!

Le tout nouveau Président du Conseil Economique et Social (C.E.S.), Augustin Tabé GBIAN, est un Inspecteur des Douanes Béninoises à la retraite. Retraité, l’homme va se reconvertir dans le BTP (Bâtiment et Travaux Publics) avec une spécialité dans la construction des logements pour des particuliers et quelques chantiers publics. Ancien Président de l’Association de Développement de la ville de Bembèrèkè, il fera son entrée au Conseil Economique et Social en 2003 dont il deviendra le 1er Vice-Président sous le dernier mandat du Président Rafiou TOUKOUROU.

En juillet 2009, à la fin du second et dernier mandat de Rafiou TOUKOUROU, Augustin Tabé GBIAN se voyait déjà lui succéder. Mais, pour le respect des équilibres régionaux dans le pays, Boni YAYI opposera son véto. En effet, il s’apprêtait à nommer Théophile NATA à la présidence de la HAAC (Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication). Comme lot de consolation, Augustin Tabé GBIAN sera nommé, en 2012, Chargé de Mission du Premier Ministre, Pascal KOUPAKI. C’est donc la revanche sur 2009 que vient de prendre l’Inspecteur des douanes à la retraite en se faisant élire par ses pairs, Président du Conseil Economique et Social du Bénin, au nez et à la barbe de Nicolas ADAGBE qui se croyait un protégé de Thomas Boni YAYI.

Le nouveau Président du C.E.S. est un ami personnel. Fidèle parmi les fidèles de Boni YAYI qu’il a aidé à arriver au pouvoir, il connait et respecte mes convictions politiques. Fin 2005, il me fera rencontrer, en secret, son frère cadet, le Général Robert GBIAN à Paris, dans le quartier de la Défense. Ensemble, nous irons voir le fils de ce dernier à Noisy-Le-Grand (banlieue nord de Paris) dans la résidence « les estudiantines », derrière la cité « des deux camemberts ». Le Général Robert GBIAN était depuis plus de dix ans le très redouté Directeur de l’Intendance militaire sous la présidence du Général Mathieu Kérékou. Comme moi, il soutenait la candidature du Président Adrien HOUNGBEDJI aux présidentielles de 2006 au Bénin alors que son frère, Augustin Tabé GBIAN, faisait feu de tout bois pour l’avènement de Boni YAYI au pouvoir.

Les GBIAN sont des cousins maternels directs de Boni YAYI. Les choix politiques opposés n’ont jamais affecté la famille. Ancien Directeur du Cabinet militaire de Boni YAYI jusqu’à sa retraite, le Général Robert GBIAN est un homme courtois et très discret. Formé à l’école de la « grande muette », l’homme est peu bavard et fuit la presse comme pour mieux se préserver. Il n’aime pas les mondanités et préfère les petits hôtels de banlieue aux palaces parisiens. Autre trait de son caractère, à Paris, il n’est pas rare de le rencontrer dans les transports en commun vêtu d’un jeans et des baskets aux pieds.

Son frère cadet n’est autre que Jonas GBIAN, le ministre de l’Economie et des Finances de Boni YAYI.  Marié à une femme burkinabé, DG d’une Agence de voyages à Cotonou, le clan GBIAN peut aussi compter sur des soutiens au Burkina Faso. Le dernier des quatre frères GBIAN est le Directeur Général des Douanes Béninoises.

Enfin, le nouveau Président du C.E.S., Augustin Tabé GBIAN, peut compter sur l’inamovible Conseil Spécial et Politique de Boni YAYI, Amos ELEGBE. En effet, la cousine de ce dernier, Léocadie ELEGBE est l’épouse de Augustin Tabé GBIAN. C’est d’ailleurs par ce canal que Amos ELEGBE est revenu dans les grâces de Boni YAYI, lui qui avait voté pour le MADEP de Séfou FAGBOHOUN en 2006. En 2008, la fille du Président  Augustin Tabé GBIAN a convolé en justes noces avec le fils de l’ancien Directeur de cabinet de Amos ELEGBE lorsqu’il fut Ministre de la Culture, du Tourisme et de l’Artisanat du Président Mathieu KEREKOU de 2003 à 2005.
 

LE BORGOU, FIEF DU PROCHAIN PRESIDENT DU BENIN EN 2016 ???

 
Tout semble être fait, en cas d’échec des révisionnistes, pour que la présidence de la République du Bénin reste dans les mains d’un fils du Département du Borgou en 2016. Pour mémoire, l’actuel locataire du palais de la Marina, Boni YAYI, est né à Tchaourou, Département du Borgou. Ce Département qui a donné au Bénin (ex Dahomey) le Premier Président du pays en la personne de Hubert Koutoucou MAGA dont le seul Hôpital du pays porte encore le nom.

En effet, au vue des derniers changements à la tête des Institutions constitutionnelles du Bénin, force est de constater que le Département du Borgou se taille la part du lion :

-        Cour suprême : Ousmane BATOKO, natif de Parakou ;

-        HAAC : Adam Boni TESSI, natif de Nikki ;

-        C.E.S. : Augustin Tabé GBIAN, natif de Bembèrèkè ;

-        Présidence de la République : Boni YAYI, natif de Tchaourou.

Sur les sept Institutions constitutionnelles (prévues par la Constitution) du pays, quatre sont aujourd’hui occupées par les natifs du Département du Borgou, l’un des douze Départements nominaux que compte le Bénin. Nominal parce qu’il n’existe que seulement six Préfets dans le pays.
Les trois autres Institutions constitutionnelles que sont l’Assemblée Nationale, la Cour constitutionnelle et la Haute Cour de Justice sont respectivement présidées par un ressortissant du Mono et un ressortissant du Zou et un ressortissant de l’Atlantique. C’est dire que l’équilibre régional n’a plus droit de cité au Bénin. Voilà un sérieux camouflet pour Boni YAYI qui pensait tout régenter dans le pays.

Malheureusement pour les thuriféraires du régime moribond et finissant, les FCBE, parti présidentiel, risquent de connaître le même sort en 2016 que l’UBF du Président Mathieu KEREKOU. Depuis 2006, plus personne ne se réclame de ce « machin » qui a soutenu les dix ans du Président KEREKOU de l’ère du renouveau démocratique.

Au Bénin plus que partout ailleurs, les mêmes causes produisent les mêmes effets !!!
 

IB 

Partager cette page

Repost 0