Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

BENIN: Entretien à bâtons rompus avec Benoît Illassa

 

 

Auteur: Brice OGOUBIYI - Nouvelle Expression - Article original. Indexé hier., le 31 Mar 2012 dans Politique

 

 

« Ma sévérité avec Yayi est motivée par le souci de le voir réussir… »

 

 

Le célèbre internaute blogueur Franco-béninois Benoît Illassa, connu pour sa liberté de ton vis-à vis du régime de Boni Yayi, est actuellement à Cotonou en visite privée. Une visite au cours de laquelle il a rencontré les autorités politiques béninoises à divers niveaux, pour aplanir les contradictions.

Benoît Illassa, on le rappelle, est connu pour sa liberté d’expression. Une liberté d’expression qui lui a valu d’ailleurs une assignation par le pouvoir actuel au tribunal de grande instance de Paris, pour diffamation. Mais ce que beaucoup ignoraient de lui, c’est qu’il appartient à l’aire culturelle Nago Tchabè et est un proche parent du président de la République, Boni Yayi. Dans un entretien à bâtons rompus, il a expliqué que son opposition au chef de l’Etat est l’expression de la démocratie qui, grâce aux critiques objectives, permet à Yayi de progresser. Il ne s’agit pas d’une opposition idéologique, mais plutôt politique, fondée sur les valeurs républicaines.

 

Pour lui, ce n’était pas la personne de Boni Yayi qui était en cause, mais l’institution qu’il incarne>

Cette visite au Bénin, qui survient après une longue absence, lui permet réellement de prendre le pouls du pays, et d’apprécier à sa juste valeur les efforts qui sont faits sous le régime actuel. A la faveur de ce retour au pays natal, il se rend compte qu’il a parfois été très sévère avec le pouvoir. Mais, reconnaît t-il, c’est à ce prix que le pouvoir accroît ses performances dans tous les domaines. Il dira qu’à trois reprises, il a été reçu au palais de la Marina par les proches collaborateurs du chef de l’Etat. Il a été aussi l’hôte de certains députés à l’Assemblée nationale et du premier adjoint au maire de Cotonou, pour discuter de l’avenir du pays.

 

Fumer le calumet de la paix ?

 

On retient également de Benoît Illassa, qu’il est un ancien militant du général Mathieu Kérékou, qu’il est membre du Haut conseil des Béninois de l’extérieur travaillant depuis 20 ans dans une entreprise française. Binational, ce tout jeune quinquagénaire paraît plus informé de l’actualité politique que les Béninois eux-mêmes. Homme affable, on voyait visiblement qu’il est passionné de la politique et du développement. En tout cas, tout porte à croire que la rencontre avec les autorités béninoises a permis de fumer le calumet de la paix. Illassa, qui s’est rendu populaire dans le paysage médiatique béninois par son blog, n’a pas non plus caché qu’il fut un admirateur de Me Adrien Houngbédji. Maintenant, poursuit t-il, c’est Yayi qui a gagné la présidentielle de 2011. Sur le bilan de Yayi, il dira qu’Il faut lui laisser le temps de l’action avant de le juger dans la durée. Pressé par une question à cet effet par un confrère, il se refuse à tout jugement hâtif. Il conseille au pouvoir d’identifier, chaque année, deux grands projets qu’il s’efforcera de réaliser. Il déplore que dans l’opposition actuelle incarnée par l’UN, il n’y ait plus de parti de gouvernement en dehors du Parti du renouveau démocratique (PRD). En somme, nous avons eu l’impression d’être en face d’un homme soucieux du développement de son pays.

 

 

.

 

Partager cette page

Repost 0