Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 août 2010


Couplage des élections présidentielle et législative de 2011: Le piège des députés Fcbe à Yayi Boni

 

 

La commission des lois, de l’administration et des droits de l’homme a opté pour le couplage des élections législative et présidentielle de 2011 et les tractations vont bon train au Parlement pour que la plénière entérine le choix. C’est à l’unisson que les camps antagonistes à l’Assemblée nationale se sont donnés la maina sur ce choix pour contraindre le président Yayi Boni à penser à sa mouvance lors des positionnements sur les listes électorales.

 

Le président Yayi Boni vient d’être piégé par les députés de sa minorité de blocage et chacun d’eux l’oblige à tenir compter de lui dans son choix pour la confection de la liste électorale pour la députation en 2011. Au début, c’est une première mention spéciale qui écarte les ministres, conseillers, maires et autres chargés de mission du chef de l’Etat de la liste gouvernementale ainsi que tous les courtisans et autres directeurs centraux de l’administration. Il ne reste que les députés actuels qui forment la minorité de blocage au service du gouvernement pour constituer le rempart contre toutes les attaques et autres votes de défiance contre l’Exécutif. Mais, les députés de ce groupe qui avoisine la trentaine et qui ne se sentent pas à l’abri des « frasques » au sommet de l’Etat, veulent se prémunir. Ce sont eux qui auraient demandé le soutien de leurs collègues de l’opposition pour se protéger contre d’éventuels pièges ou trahison. Selon certaines sources parlementaires très crédibles, le président de l’Assemblée nationale serait aussi dans le coup. Son fief politique aurait des problèmes et le Chef de l’Etat est très informé de tout ce qui se passe dans la circonscription électorale du professeur Mathurin Coffi Nago. Les coups bas entre acteurs de même obédience politique et certains ténors du milieu qui font croire qu’ils sont les mieux populaires dans la région Bopa, Houéyogbé et Lokossa, pourraient survenir. C’est pourquoi le perchoir se serait vite ressaisi pour prêter main forte aux mouvanciers qui cherchent à sauver leurs têtes. C’est ainsi que le couplage des deux élections a filtré les mailles de la Commission des lois dans le but de contraindre le président Yayi Boni, chef d’orchestre des Fcbe à se limiter à sa mouvance de l’Assemblée nationale lors de la confection de la liste électorale.

 

Une chance pour l’opposition

 

Avec ce qui se dessine, c’est l’opposition qui part gagnante dans le combat entre Yayi Boni et sa mouvance parlementaire. Parce qu’à l’allure où vont les choses, le chef de l’Etat a moins de marges de manœuvre qu’en 2007. Ici, il est contraint de composer sa liste en privilégiant ses députés de la minorité de blocage. Dans le cas contraire, ils sont un certain nombre qui menace de le lâcher. C’est le moment où intervient cette situation qui n’arrange pas grand-chose et oblige le premier magistrat à savoir raison gardée et à surtout se plier à la volonté des siens. Parce que, dès qu’il fait le mouvement contraire, il permet à l’opposition de se donner la majorité écrasante pour l’abattre. Pour éviter ce triste sorte, Yayi Boni est obligé de se plier à la volonté des siens au Parlement.

J-C H. (Br.Ouémé-Plateau)

LEMATINAL



 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0