Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BENIN - 3ème congrès ordinaire du Prd à Porto-Novo : Houngbédji prêt à participer à un gouvernement d’union nationale

 

 

13 février 2012 par richard 

 

 

Les 11 et 12 février 2012, le Parti du renouveau démocratique (Prd) a tenu son congrès statutaire, le troisième de son existence, après le rendez-vous des 15,16 et 17 décembre 2006. Occasion pour le Prd de s’engager à poursuivre le processus de transfert des leviers de commande aux plus jeunes en tant que force de l’opposition travaillant pour l’alternative. Il est cependant prêt à participer à un gouvernement d’union nationale, parce que la situation socio-économique et politique du pays va mal, selon Me Houngbédji.

 

le Parti du renouveau démocratique né il y a 27 ans sur les bords du Lac Ebrié, le plus ancien des formations politiques  du renouveau démocratique au Bénin, a tenu son 3ème congrès ordinaire. Au stade Charles de Gaule à Porto-Novo le week-end écoulé, le Prd a rassemblé toutes les forces politiques les plus visibles du Bénin sans distinction de ligne politique. Ainsi, le secrétaire général de l’alliance Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), le président intérimaire du Parti social démocrate (Psd), M. Emmanuel Golou ; le coordonateur national de l’alliance Union fait la Nation, M. Kolawolé Antoine Idji ; le maire Luc Attokpo, secrétaire général du parti la Renaissance du Bénin ; M. Kamarou Fassassi, président du parti Prd Nouvelle génération ;  Jean Claude Hounkponou, président du Bdp-Gamèlé…étaient de la partie. Les militants ne se sont pas fait compter l’évènement. Ils se sont mobilisés depuis des semaines et ont travaillé d’arrache pied dans trois sections pour faire de ce congrès un succès retentissant. Conscients de la volonté des anciens de confier les leviers de la commande aux plus jeunes, les militants ont travaillé en toute liberté dans trois sections pour orienter sans influence du leader le Prd dans la logique d’un nouveau départ en tant que force de l’opposition. « C’est le rôle de ce congrès de conduire librement la réflexion. Des questions que vous poserez et des réponses que nos partenaires apporteront, dépendront nos choix stratégiques et nos orientations. Dans la loyauté et dans le respect mutuel », a indiqué Me Houngbédji à ses militants à l’ouverture officielle du congrès. C’est d’ailleurs cet esprit qui a caractérisé les travaux préparatoires ayant conduit au congrès.

 

« Nous sommes dans l’opposition. C’est une évidence »

 

Dans son discours, Me Adrien Houngbédji a partagé avec ses hôtes et militants trois convictions principales.  Pour lui, le Prd et l’Un n’ont une place nulle part ailleurs que dans l’opposition. Il est prêt à assumer sa charge d’opposant  dans la perspective de faire autrement la politique au Bénin. «Contre la mystification permanente ! Où est passé le Bénin émergent ?  ‘’La Refondation ne masquerait-elle pas une conspiration contre la Conférence nationale et ses acquis ?’’. Devant cette situation, la place du Prd (et nous osons l’espérer), la place de l’Un, est dans l’opposition. Comme dans toutes les démocraties, nous nous battons pour une autre politique et pour l’alternance. Quel autre choix avons-nous d’ailleurs ? A l’Assemblée nationale, nous sommes dans la minorité… ignorée, humiliée, alors que désormais, dans toutes les démocraties du monde, la minorité est associée à la gestion du parlement, par des postes dans le Bureau  et au moins une Présidence de Commission. Quel autre choix avons-nous ? Nous ne sommes pas au gouvernement et nous n’avons pas été invités à y participer. ‘’La politique de la main tendue ?’’ Elle s’est arrêtée à une force politique qui n’avait pas besoin qu’on la lui tende : elle est de tous les gouvernements Yayi Boni ; seuls les titulaires ont changé. Quel autre choix avons-nous ? Nous ne sommes représentés dans aucune institution de l’Etat et les rares opérateurs économiques, les rares cadres dirigeants, les rares journalistes suspectés de sympathie pour nous sont l’objet de toutes les brimades, brisés, condamnés à disparaître ou à se délocaliser. ». Le président du Prd croit profondément à l’alternance au pouvoir même s’il craint  la menace que fait peser les déviances, les tripatouillages, les interprétations assassines qui s’observent ailleurs en Afrique sur le contexte béninois caractérisé par un projet de révision de la constitution. A cette conviction s’ajoute deux autres.

 

Le Bénin va mal selon Houngbédji

 

Le challenger du président Yayi depuis les deux dernières élections présidentielles a passé au scanner l’état actuel du Bénin. Le résultat du diagnostic posé par Houngbédji donne un Bénin malade sur le triple plan politique, économique et social. Selon lui, le concept du Bénin émergent a précipitamment cédé la place au Bénin de la refondation. Il s’agit, a-t-il souligné, d’un aveu d’échec, et d’une fuite en avant. « La République tout entière est instrumentalisée, les institutions sous contrôle, les espaces de liberté réduits, les élections calamiteuses. La pensée unique est en marche constate le Prd. Au plan économique, la chute de la filière des véhicules d’occasion est une évidence. Le Pvi dont chacun espère qu’il dopera les recettes douanières est en passe de devenir un boulet. Les opérateurs économiques sont asphyxiés, à l’exception notable de ceux qui sont affiliés au gouvernement », a affirmé le président Houngbédji. Quant  au plan social, il a constaté que la pauvreté gagne du terrain, car les Béninois ont de plus en plus du mal à se nourrir, à se soigner, à éduquer leurs enfants selon les termes utilisés.

 

Houngbédji prêt à participer à un gouvernement d’union

 

Le Prd ira-t-il au gouvernement ? Que fait-il de la main tendue du président Yayi ? Cette question a déchainé les passions et nourri les débats aussi bien au sein du parti Prd que dans les chapelles politiques, sans oublier les médias, qui en ont fait leurs choux gras à l’annonce du congrès. Sur le sujet, Me Adrien Houngbédji a tranché : «Mais qu’on m’entende bien. Nous avons mal au Bénin, car c’est notre pays. Le mal que nous dénonçons est un mal qui frappe notre pays dans son ensemble, qui frappe nos populations : Si le régime prend enfin conscience de ce mal, et nous espérons qu’il en prendra conscience, s’il prend conscience que pour guérir, le Bénin a besoin d’un sursaut national qui rassemble toutes ses forces politiques et sociales autour du chantier de la reconstruction, bref, s’il prend conscience qu’il y a une crise nationale larvée, et qu’il appelle l’opposition à prendre sa part de responsabilité dans un gouvernement d’union nationale, est-ce que nous pourrions nous dérober ? Nous n’en sommes peut-être pas loin. Mais nous n’en sommes pas là. Pour le moment, nous avons entendu parler d’un appel au dialogue. Trois mois après le lancement de cet appel, aucun signe visible ». Le Prd ne veut pas confondre appel au dialogue et appel au gouvernement.  Il est cependant prêt au dialogue, à tout moment. Il n’y a aucune équivoque à ce niveau. Le leader a d’ailleurs salué l’appel au dialogue. Mais il veut que ce dialogue porte sur tous les sujets de la vie publique nationale sans restriction aucune. «On ne peut pas inviter les forces politiques d’opposition au dialogue, en supputant qu’elles ne poseront pas les vraies questions : celles que se pose tout un peuple, relatives à la gouvernance économique, à l’extension de la pauvreté, aux droits fondamentaux que sont la liberté de la presse, le droit de grève, le statut de l’opposition, le droit de vote… etc. Au sujet du droit de vote, droit inaliénable, et c’est de cela qu’il s’agit, je considère comme très positive l’initiative prise par le Président Boni Yayi de réaliser un audit de la Lépi, sous réserve que soient réunies les conditions d’un audit participatif impliquant étroitement l’opposition, et faisant recours à des partenaires techniques sérieux et non partisans », a ajouté Houn-gbédji comme conditions au dialogue.

 

En son état actuel, marqué par l’échec et les désaffections, l’Un constitue-t-elle encore une réponse appropriée aux préoccupations qui l’ont fait naître ? Quelles perspectives ? Quelles capacités de mobilisation ? Quelles ressources humaines ? Quel type d’alliance ? Quelles règles de fonctionnement ? Le Prd est membre de l’Un. Il reste certes attaché à ce rêve d’union ; ses militants continuent d’y croire. Mais en même temps, le Prd est soucieux de son propre devenir, à l’heure où s’amorce pour l’ensemble du Bénin, une nouvelle recomposition du paysage politique ; à l’heure où il doit lui-même relever le défi du renouvellement et de la modernisation.

 

Ismaël Tidjani Serpos, 1er vice-président mérité

 

Ismaël Tidjani Serpos est désormais le numéro 2 du Parti du renouveau démocratique. C’est à l’unanimité que les militants du parti arc-en-ciel lui ont confié cette nouvelle responsabilité. C’est en tout cas le sens de sa fidélité à Me Adrien Houngbédji. Il était à l’origine de la création du Prd. Il était de tous les combats. Il a certes tout gagné, mais en revanche, il a aussi tout donné au Prd sans marchandage. Sans fausse modestie, il est la tête pensante du Prd. Au cours de la 5è législature, tout le monde le voyait prendre la tête du groupe parlementaire Prd.-Prs. Mais c’est en toute humilité qu’il a laissé sa place à son jeune frère Augustin Ahouanvoébla. Cela ne l’a pas empêché de participer activement aux activités du groupe parlementaire. Le sort a voulu qu’il ne soit pas élu député pour le compte de la 6è législature. Mais de sa position, il est d’un grand apport pour le grand groupe parlementaire Union fait la Nation. Il est consulté sur beaucoup de questions brûlantes. Comme le pouce d’une main, Ismaël Tidjani Serpos est donc incontournable. Et personne ne doit pâlir de jalousie si les militants du Prd ont voulu qu’il soit le numéro 2 de leur parti.

 

UN- RB :  la guerre froide

 

La cérémonie d’ouverture du 3è congrès du Prd qui s’est tenu au cours du week-end écoulé à Porto-Novo a montré que les responsables de l’UN n’ont pas pardonné aux leaders de la Renaissance du Bénin l’acte qu’ils ont posé en quittant précipitamment la barque UN. Dans son discours, le Président Antoine Kolawolé Idji n’a pas loupé les responsables de la RB. Il a été très amer vis-à-vis d’eux. L’attaque a été frontale et a même agacé à un moment donné le Président Adrien Houngbédji. Mais les responsables de la RB présents sur les lieux sont restés de marbre même si les propos du Président Idji les ont indisposés.

 

« Ceux qui n’ont rien compris à la démarche de l’Union fait la Nation ont cru que notre seul objectif était de prendre le pouvoir et de l’exercer à notre profit, puisque nous avions un bon Candidat et des circonstances très favorables. Certaines adhésions précipitées à l’Union n’ont d’autres justifications que cet opportunisme plat et cru. C’est pourquoi certains départs, aujourd’hui, ne nous étonnent guère, et sans aller jusqu’à dire que nous nous en réjouissons, j’affirme qu’ils sont loin de nous ébranler. Ensemble avec ces partenaires d’hier, nous avions clamé et proclamé que le chauffeur était mauvais, qu’il fallait nécessairement le changer, que le combat visait avant tout à remettre notre pays sur les rails du développement et de la démocratie ! Et voilà que en quelques semaines, quelques mois peut-être, après ce qui s’est passé fin mars 2011, certains se sont mis à battre leur coulpe, en accomplissant un virage à 180 degrés, sur instructions, disent-ils de leurs peuples, car ces derniers leur ont révélé, Dieu merci, que le chauffeur était en réalité le champion du monde de Formule 1, qu’il connaît bien le port et que les vents lui sont favorables… », a dit le Président Kolawolé. A ces propos du Coordonnateur national de l’UN, le représentant de la RB en la personne du maire Luc Atrokpo a opposé une grandeur d’esprit qui a été saluée par beaucoup de militants du Prd. Luc Atrokpo s’est gardé de répondre à Idji Kolawolé. Ce qui était important pour lui, c’est le 3è congrès du Prd. « C’est avec beaucoup de plaisir que la délégation de la Renaissance du Bénin que je conduis ce jour prend part à l’ouverture du présent congrès du Parti du renouveau démocratique. Mes sentiments sont d’autant plus positifs que depuis les dernières élections présidentielles et législatives, c’est la première fois que nous avons l’occasion de nous retrouver à un grand rendez-vous public, celui de votre congrès. Au nom des valeurs idéologiques de notre parti, de ses militants et au nom de notre président Léhadi Soglo, absent du territoire national, je voudrais vous prier d’accepter mes vifs remerciements pour l’invitation que vous nous aviez adressée pour assister à ce congrès. Par la même occasion, je voudrais vous prier d’accepter mes chaleureuses félicitations pour la tenue des présentes assises. Vous venez à n’en point douter d’apporter la preuve que le Prd est un parti grand et respectable. Veuillez recevoir aussi les chaleureuses félicitations de notre président d’honneur Nicéphore Dieudonné Soglo, de la présidente fondatrice de la RB, Mme Rosine Viyera Soglo. A n’en point douter, l’évènement auquel nous participons aujourd’hui, représente pour le Prd et pour tout le Bénin un intérêt particulier majeur, puisqu’il a, entre autres, pour objectif la relance de la dynamisation de votre parti pour servir nos concitoyens, la Nation toute entière et notre démocratie. On connaît le Prd comme un parti de mouvement, un parti de réflexion et un parti d’action. C’est dire qu’il est certain que de vos travaux sortiront des résolutions à même de permettre à la pratique future d’atteindre les objectifs définis dans le terme du congrès ». Comme on peut donc le constater, c’est un discours qui a totalement ignoré les attaques du Président Kolawolé.

 

Kamarou Fassassi prêt à travailler avec le Prd pour construire le Bénin

 

Les rideaux sont tombés depuis hier sur le 3è congrès ordinaire du Prd. La cérémonie d’ouverture de ce rendez-vous politique qui s’est déroulée au Stade Charles de Gaulle de Porto-Novo a permis de constater que le Parti de Me Adrien Houngbédji continue de susciter quoi qu’on dise une certaine adhésion populaire. En témoigne la présence des personnalités présentes à cette cérémonie. Celui dont la présence a retenu l’attention des militants du Prd est Kamarou Fassassi. Par son discours, cet ancien militant du Prd qui a rompu les amarres avec Me Adrien Houngbédji a surpris plus d’un.  » M. le président, je suis là et je suis heureux d’être là. Mes premiers mots seront de vous remercier de m’avoir donné l’occasion de me retrouver parmi vous, après si longtemps. Mon message est celui de la paix pour que dans l’unité, nous puissions ensemble, la bouche et le cœur pleins de pardon, développer Porto-Novo, l’Ouémé/Plateau et notre cher pays le Bénin. C’est pour vous dire, M. le président, et je pèse mes mots, que mon parti est près et moi-même je suis prêt « , a dit le Président du Prd Nouvelle Génération. Ce discours plein d’espoir a été favorablement accueilli par la grande partie des militants du Prd qui ont d’ailleurs réservé un accueil chaleureux au Président Kamarou Fassassi.

 

Dè Sodji Abéo n’est pas content

 

Le président du Rassemblement pour la Nation, M. Dè Sodji Abéo Zanklan, n’était pas à la cérémonie d’ouverture du 3è congrès du Prd. Il n’y était pas invité. Pour quelle raison ? On ne saurait le dire. Cette ségrégation l’a bien choqué et il n’a pas manqué d’exprimer sa grande déception. Pour lui, on ne peut pas parler de retrouvailles en continuant de pratiquer encore l’exclusion, surtout que cette exclusion est orientée contre un Prince comme lui.  » La santé, la liberté d’aller et de venir et pour tout le reste, seul celui qui est mort a tout perdu. Nous sommes encore vivant. Il faut laisser le temps faire son oeuvre « , a dit Dè Sodji Abéo qui croit toujours en son étoile.

 

Golou dans son rôle de nouveau président du Psd

 

Le nouveau président du Psd, l’honorable Emmanuel Golou était à la cérémonie d’ouverture du 3è congrès du Prd. Bien que le Président Idji ait prononcé un discours au nom de l’UN, l’honorable Emmanuel Golou n’a pas manqué de s’adresser aux militants du Prd. D’entrée, il a salué la mémoire des illustres militants du Prd rappelés à Dieu que sont : Gbadamassi Moucharafou, Tiamiou Adjibadé, Jean-Marie Zinzindohoué.  » Le parti du renouveau démocratique, tout le monde convient ici maintenant, est un grand parti qui est resté stable depuis l’historique conférence des forces vives de la nation de février 1990. Votre rendez-vous de ce jour va sans aucun doute contribuer à renforcer davantage ses bases. Ce renforcement est nécessaire non seulement à la consolidation de la démocratie mais également à celle de tous les regroupements politiques que nous expérimentons depuis quelques mois « , a dit Emmanuel Golou. Pour le nouveau Président du Psd, il est désormais urgent que sa formation politique et le Prd se mobilisent pour que leur action politique soit fondée sur la paix, la paix dans le pays et au sein des populations.

 

Les grandes résolutions

 

Plusieurs résolutions ont sanctionné les travaux du congrès du Prd qui s’est achevé hier à Porto-Novo. Sur divers sujets brûlants de l’actualité politique nationale, le Prd a adopté des positions qui tranchent avec toute hypocrisie.

 

 

Résolution relative à la Lépi

 

- Considérant les modifications répétées des lois électorales ;

 

- Considérant les insuffisances substantielles de la loi sur la LEPI ;

 

- Considérant  l’opacité de sa conception et sa mise en œuvre qui ont abouti à l’exclusion de plus d’un million de béninois du processus électoral ;

 

* Vu les conditions calamiteuses dans lesquelles se sont déroulées les

 

élections présidentielles et législatives ;

 

* Vu l’imminence des élections communales, municipales et locales ;

 

* Vu les risques courus par la démocratie béninoise ;

 

Les militantes et militants du PRD réunis en congrès les 10, 11 et 12 février 2012, exigent :

 

Ø L’audit de la LEPI dans un délai de six mois ;

 

Ø La participation active de l’opposition et de la société civile à cet audit de la LEPI en vue de son assainissement et de l’intégration des exclus.

 

Aussi, les congressistes interpellent-ils les partenaires techniques et financiers (PTF), les organisations des nations Unies et toute la communauté internationale sur les risques courus par la démocratie béninoise au cas où les prochaines élections seraient organisées  avec la LEPI non corrigée.

 

Fait à Porto-Novo ; le 12 février 2012

 

Le congrès

 

 

Résolution relative au dialogue nationale

 

- Considérant que le PRD entend sauvegarder les acquis de la conférence nationale de février 1990 ;

 

- Considérant que les élections présidentielles du 13 mars 2011 se sont déroulées dans des conditions des plus calamiteuses ;

 

- Considérant que les idéaux et la vision du PRD sont liés à la paix, à la bonne gouvernance, au développement économique et social et au respect des principes et règles démocratiques ;

 

- Considérant que la plupart des reformes engagées par le gouvernement dit de refondation sont opportunistes ;

 

Le congrès du PRD des 10, 11 et 12 février 2012, constate avec amertume que de graves menaces pèsent sur les libertés publiques ;

 

Réaffirme sa disponibilité à participer à un éventuel dialogue national qui aborde les problèmes de :

 

* la LEPI ;

 

* la loi portant statuts de l’opposition ;

 

* la bonne gouvernance ;

 

* la révision de la constitution du 11 décembre 1990 ;

 

* la loi relative aux conditions d’exercice du droit de grève

 

* etc.

 

Fait à Porto-Novo ; le 12 février 2012

 

Le congrès

 

 

Résolution relative au PRD

 

- Considérant qu’avec l’avènement du renouveau démocratique, le PRD est le 1er parti politique béninois enregistré le 20 août 1990 ;

 

- Considérant que la principale mission du PRD est de restaurer l’Etat de droit, de promouvoir une société de liberté, de responsabilité, de justice et de solidarité en instaurant un pluralisme politique fondé sur la transparence dans la gestion des affaires ;

 

- Considérant que le PRD place au cœur de ses objectifs et actions un développement axé sur une économie libérale à visage humain qui conduit au bien-être global des populations ;

 

- Considérant que son parcours à la fois laborieux et élogieux  lui a permis depuis vingt et un ans d’asseoir son rayonnement politique à travers l’amélioration de sa représentativité sur le plan national, régional et international ;

 

- Considérant toutefois qu’avec sa maturité de vingt et un ans, ses objectifs de conquête, d’exercice et de conservation du pouvoir d’Etat n’ont pas été atteints ;

 

- Considérant le rôle d’avant-garde joué par le PRD depuis 2006 dans le renouvellement de la classe politique ;

 

- Considérant l’insuffisance de formation politique des cadres, militantes et militants du parti ;

 

- Considérant  l’inexistence d’une banque de données des cadres et des archives  du parti ;

 

Le congrès tenu les 10, 11 et 12 Février 2012 à Porto-Novo approuve :

 

* La révision des statuts et règlement intérieur pour rendre les organes du parti plus fonctionnels et opérationnels ;

 

* Le renouvellement et la redynamisation des structures de base du parti ;

 

* La création d’une école et /ou un laboratoire itinérant de réflexion et d’action sur tous les aspects de la vie du Parti ;

 

* La poursuite de la promotion d’une nouvelle génération d’acteurs politiques avérés au sein du parti ;

 

* La création et la mise à jour régulière d’une banque de données des cadres et des archives du parti.

 

Fait à Porto-Novo, le 12 Février 2012

 

Le congrès

 

 

Résolution relative à la loi portant Statuts de l’opposition

 

- Considérant que l’opposition est une nécessité pour la vitalité de tout système démocratique ;

 

- Considérant que cette opposition a des droits et devoirs  découlant de son statut ;

 

- Considérant qu’après vingt deux ans de vie démocratique le Bénin mérite d’avoir une opposition forte et crédible ;

 

- Considérant que l’opposition est un gage de préservation et de défense des libertés individuelles et collectives

 

Les militantes et militants du PRD réunis en congrès les 10, 11 et 12 février 2012 :

 

Ø constatent et déplorent que la loi actuelle portant statut de l’opposition n’apporte pas des solutions aux vrais problèmes de l’opposition, à savoir :

 

• Le financement public des partis politiques ;

 

•  L’accès équitable aux médias ;

 

• L’organisation de ses instances ;

 

•   Les statuts des responsables de l’opposition.

 

Ø Exigent la révision immédiate de la loi portant statuts de l’opposition accompagné de son décret d’application conséquent.

 

Fait à Porto-Novo, le 12 Février 2012

 

Le congrès

 

 

Résolution relative aux communales, municipales et locales de 2013

 

- Considérant que les élections communales, municipales et locales sont celles qui permettent aux militantes et militants à la base de participer directement à la gestion de leur environnement immédiat ;

 

- Considérant que le PRD est membre fondateur de l’Union fait la Nation ;

 

Les militantes et militants du parti PRD réunis en congrès les 10, 11 et 12 Février 2012 à Porto-Novo affirment:

 

* que  nous sommes disposés à aller aux élections communales, municipales et locales de 2013  sur des listes communes avec le logo UN ;

 

* partout où il n’y aura pas accord, chaque parti membre va aux élections avec sa liste et son propre logo ; dans ce cas; le logo UN, propriété de nous tous ne pourra pas être utilisé ;

 

* que par circonscription électorale, la décision d’aller ensemble ou pas doit être connue trois (03) mois avant la date du scrutin pour permettre à chaque parti membre de prendre ses dispositions ;

 

Fait à Porto-Novo, le 12 Février 2012

 

Le congrès

 

 

Résolution relative à la loi portant conditions d’exercice du droit de grève

 

Considérant la proposition de loi relative aux conditions d’exercice de droit de grève ;

 

Les militantes et militants du PRD réunis en congrès les 10, 11 et 12 février 2012 dénoncent :

 

* le caractère liberticide de cette proposition de loi ;

 

* l’instrumentalisation des institutions de la république.

 

Exigent le  retrait pur, simple et définitif de cette proposition de loi afin d’apaiser la tension sociale.

 

Fait à Porto-Novo ; le 12 février 2012

 

Le congrès

 

 

 

Résolution relative à la Présidence du Prd

 

- Considérant les nécessités de préservation des acquis de la conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990 ;

 

- Considérant les grands enjeux liés à la gestion du parti

 

- Considérant que le PRD se trouve face à de nouveaux défis;

 

- Considérant que les jeunes du PRD ont encore besoin de puiser dans les expériences des aînés;

 

- Considérant qu’un long parcours est gage de maturité politique ;

 

- Considérant le charisme du Président sortant;

 

- Considérant le leadership et la capacité managériale avérée de Me Adrien HOUNGBEDJI ;

 

Les militantes et militants du PRD réunis en congrès les 10, 11 et 12 Février 2012 à Porto-Novo recommandent la reconduction de Maître Adrien HOUNGBEDJI au poste de Président du Parti du Renouveau Démocratique (PRD).

 

Fait à Porto-Novo ; le 12 février 2012

 

Le congrès

 

 

Résolution relative à l’Union fait la Nation (UN)

 

- Considérant que la création de l’UN a suscité au sein des

 

populations un enthousiasme et un espoir susceptible  de conduire à une alternance crédible ;

 

- Considérant que le PRD fait partie des membres fondateurs de l’UN ;

 

- Considérant que le PRD a joué un rôle déterminant dans la création,

 

l’ancrage populaire et le fonctionnement parfois au détriment de ses propres structures;

 

- Considérant que le holdup électoral est imputable à l’instrumentalisation des institutions et autres structures de gestion des élections ;

 

- Considérant le manque de sincérité, d’engagement, les discours inopportuns, la duplicité de certains, la politique de la chaise vide, les revendications précoces et anti-démocratiques ;

 

- Considérant la période post électorale marquée par des défections et par des dysfonctionnements regrettables ayant entraîné l’érosion de l’audience de l’UN ;

 

- Considérant que les défis majeurs pour l’UN est de pouvoir présenter aux béninoises et béninois ;

 

* des perspectives claires sur l’avenir ;

 

* des capacités à constituer une alternative crédible ;

 

* des capacités à mobiliser des hommes et des femmes ;

 

* l’organisation et la mobilisation des moyens à la hauteur des enjeux,

 

* l’institution des règles de fonctionnement adéquates ;

 

* des mécanismes fédérateurs de décision;

 

- Considérant que les partis membres doivent se mettre au travail dans leurs bases pour se rendre plus forts ;

 

- Considérant que tout projet de fusion à l’état actuel des choses est prématuré et rejeté, au contraire il faut réviser les statuts et règlement intérieur pour permettre à chaque parti de faire son travail et d’avoir une visibilité et de prendre ses responsabilités ;

 

Les militantes et militants du parti PRD réunis en congrès les 10, 11 et 12 Février 2012 à Porto-Novo :

 

1. Réaffirment l’appartenance du PRD à l’UN ;

 

2. Dénoncent le holdup électoral ;

 

3. Stigmatisent les comportements des membres de l’UN ;

 

4. Déplorent les défections post électorales et les dysfonctionnements qui érodent l’audience de l’UN ;

 

5. Invitent les responsables à ressouder les rangs ;

 

6. Invitent l’UN à offrir des perspectives claires pour l’avenir

 

7. Exhortent les partis membres à s’organiser pour mieux occuper le terrain ;

 

8. Déclarent prématuré le projet de fusion des partis de l’UN ;

 

9. Invitent à une révision des statuts et règlement intérieur de l’UN dans le sens de préserver l’autonomie des partis et en faire un cadre politique de concertation.

 

Fait à Porto-Novo, le 12 Février 2012

 

Le congrès

 

 

Nouveau bureau du Prd

 

Direction exécutive

 

1- Président du Parti : Me Adrien Houngbédji

 

2- Conseiller spécial du président : Amadou Raïmi Rouf

 

3- Délégué générale chargée des nouvelles technologies de

 

l’information : M. Emmanuel Zossou

 

4- Délégué général chargé de la communication, de la relation entre

 

les membres de la direction exécutive, porte – parole du parti : M.

 

Charlemagne Honffo

 

5- Délégué des affaires genre : Mme Ahouawou Allabi

 

6- Délégué général chargé de la mobilisation et des questions

 

électorales : M. Moukaram Océni

 

7- Délégué général chargé des structures verticales et horizontales du

 

parti et de la coopération avec le parlement et les institutions : He

 

Augustin Ahouanvoebla

 

8- Délégué général chargé de la décentralisation et de

 

l’administration territoriale : Akadiri Saliou

 

9- Délégué général chargé des stratégies du développement

 

socio-économiques : M. Roland Mèdjigbodo

 

10- Délégué général chargé des relations extérieures et des Béninois

 

de l’extérieure : Dr Aguèmon Badirou

 

11- Délégué général chargé des finances et de la logistique du parti: M. Bertin Agueh

 

 

 

Bureau Politique national

 

Président d’honneur : M. Moubachirou Gbadamassi

 

Président d’honneur : Guy Houeto

 

Président d’honneur : M. Hodé Firmin

 

Président d’honneur : Bamigbadé Joseph

 

Président d’honneur : Kitoyi Désiré

 

Président d’honneur : Lavenir Sagbohan

 

Président d’honneur : Raphaël Dègbédji

 

Président d’honneur : Thomas Ogoubiyi

 

Président d’honneur : Hodé Firmin

 

Président du parti : Me Adrien Houngbédi

 

1er vice- président : M. Serpos Tidjani

 

2ème vice- président : Colette Houeto

 

3ème vice- président : Corneille Padonou

 

4ème vice – président : Comlan Elie

 

Vice- président : M. David Biokou

 

Vice président : M. Mohamed Hinnouho Atao

 

Vice- président : M. Irené Ishola

 

Vice – président : Edmond Zinsou

 

Vice- président : M. Pospère Ahlonssou

 

Vice-président : M. Julien Gandonou

 

Vice- président : Jean- Baptiste Ahoussinou

 

Vice- président : He Ibatou Glèlè Sanni

 

Vice- président : He Adantinon Joachin

 

Vice-président : M. Adéoti Aliou

 

Vice- président : James Dégbo

 

Vice- président : Raphaël Akotègnon

 

Vice- président : He Amouda Gbadamassi

 

Vice- président : M. Moudachirou Mazou

 

Vice-président : Michel Bahoun

 

Secrétaire général : M. Karim Wabi Fagbémi

 

Secrétaire général adjoint : Jules Houetognankou

 

Secrétaire aux affaires culturelles : M. Ismaël Kaffo

 

Secrétaire chargé de la communication : Osséni Soliou

 

Secrétaire aux affaires féminines : Pélagie Adjagba

 

Secrétaire à la jeunesse : Dr François Ahlonssou

 

Dossier réalisé par Affissou Anonrin, Guy Constant Ehoumi et Tobi Ahlonsou

 
 
 
 
Tag(s) : #Politique Béninoise

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :